Marapinti par Lorna Ward... Là où l'on perce la cloison nasale

Publié le par Wanampi

Le fond rouge de la toile affleure sous le treillis serré créant un scintillement qui traduit la vibration du territoire.

Des milliers de bâtonnets, constitués de trois ou quatre points, se serrent les uns contre les autres créant un moirage et un mouvement qui donnent vie à la toile. Des tonalités du blanc pur au blanc cassé créent un zonage subtil.

Ces bâtonnets figurent les petits objets, os ou bois polis, que l'on passe à travers la cloison nasale après qu'elle ait été percée au cours d'une cérémonie, et qui s'appelle justement, du nom même de cette partie de territoire : Marapinti.

Ainsi sont évoquées les générations de jeunes gens et jeunes filles qui ont précédé Lorna dans l' épreuve du percement de la cloison nasale. Il s'agit d'une étape de l'initiation des jeunes qui permettra à chacun quelques coquetteries : porter un petit os poli ou un bâtonnet, voire une fleur. Les peintres s'amusent parfois à y passer leur outil à peindre.

Lorna est née à Papunya vers 1961, et est la fille du célèbre artiste Timmy Payungka Tjapangati, qui fut l'un des fondateurs du mouvement d'art aborigène. Elle est du groupe pintupi. Elle peint depuis 1996 et est, aujourd'hui, une artiste accomplie.. Elle a souvent été comparée à Dorothy Napangardi, artiste Warlpiri de grande notoriété. Lorna, d'un naturel timide, laisse apparaître aujourd'hui un style affirmé, une grande maîtrise de l'espace, des visuels magnifiquement contemporains.

Gardienne du site de Marapinti, elle le célèbre avec ce motif « bâtonnets » qu'elle décline de différentes manières et différentes tonalités.

Lorna Ward Napanangka a quatre fils et deux filles. Elle réside toujours à Kintore mais voyage souvent entre les communautés du désert et la ville d'Alice Springs où elle peint en résidence dans différents ateliers.


 

Publié dans ART D'AUSTRALIE

Commenter cet article