Watiya tjuta de MITJILI NAPURRULA, le versant féminin du Rêve.

Publié le par Wanampi

Watiya Tjuta (Les arbres) 152x122 cm de Mitjili Napurrula

Watiya Tjuta (Les arbres) 152x122 cm de Mitjili Napurrula

Mitjili a hérité du "Dreaming" paternel (qui évoque la fabrication des lances en bois d'acacia).

En tant que femme, elle est d'abord concernée par l'arbre plante. Son frère, le célébre Turkey Tolson qui partage ce dreaming, représente, lui, les lances. Mitjili représente donc le versant féminin du rêve, par cette évocation de la feuille ou de la graine de ces arbres. Parfois, les ondulations du relief d'Ulwalki, le lieu où poussent ces arbres, sont aussi représentées.

Les plantes, qu'elles soient utilitaires, alimentaires ou médicinales sont l'une des prérogatives féminines. Elles en ont une grande connaissance et la haute main sur leur collecte.

On voit dans cette toile comment est traité différemment le même "Rêve" selon que l'auteur est un homme ou une femme. C'est là une belle illustration de la bi polarité des mondes féminin et masculin qui n'est jamais pensée en termes de prise de pouvoir d'un sexe sur l'autre ou d'exclusion, mais en termes d'une altérité nécessaire et complémentaire, il y va de l'équilibre de la société. C'est pourquoi les secrets et les prérogatives de l'un et l'autre sexe doivent être scrupuleusement respectés. 

Le redressement des lances de Turkey Tolson

 

Watiya Tjuta (Les arbres) de Mitjili Napurrula 120x90 cm

Watiya Tjuta (Les arbres) de Mitjili Napurrula 120x90 cm

Biographie de Mitjili Napurrula

Mitjili est un peintre Pintupi de la région Haasts Bluff, situé à 200 km à l'ouest d'Alice Springs dans le Territoire du Nord. Elle est née vers 1945 et est demi-sœur du très connu Turkey Tolson Tjupurrula. Elle a épousé Tom Long Tjapanangka à Papunya dans les années 1960 avant de rejoindre Haasts Bluff, puis Mont Liebig où ils demeurent à présent.

 

Ce pays se caractérise par des dunes rouges, des arbustes et des arbres, dont les beaux chênes du désert. Ses premières peintures ne furent pas remarquées, fondues dans le style de Papunya, mais à Ikuntji elle travailla avec d'autres artistes et développa un style original ayant pour thème les arbres du pays d'Ulwalki. Elle tient quelques-unes de ces images de sa mère qui les lui enseigna par les dessins de sable. Elle dit : « Ma mère m'a enseigné le tjukurpa (histoires sacrées) de mon père, c'est donc ce que je suis sur la toile ».

 

Le travail de Mitjili, aujourd'hui décédée, est très apprécié en Australie et à l'étranger, il est présente dans les grandes collections et les musées du monde : Collection Gabrielle Pizzi, Melbourne 1994, Adelaide Fringe Festival 1994, Hotel Shangri-la and Australian High Commission, Singapore 1994, ‘Ikuntji Artists from Haasts Bluff’, Hogarth Galleries, Sydney 1994, Yiribana Gallery opening exhibition, Art Gallery of New South Wales 1994, ‘Paintings from Haasts Bluff’Hogarth Galleries Sydney 1995. ‘Miljili Napurrula et Marlee Napurrula’Flinders Lane Gallery Melbourne 1995, "Spirit Country : Contemporary Australian Aboriginal Art" Musee des Beaux-arts de san Francisco 1999, Biennale d'Adélaide 2000. Elle a en outre reçu plusieurs récompenses : Australian Heritage Art Award, Canberra 1993, Northern Territory Art Award, Alice Springs 1994, Alice Springs Art Award 1999.

Publié dans ART D'AUSTRALIE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article