Le Rêve "Seven sisters", cousin du Tantra ?

Publié le par Wanampi


Rowena Peipei
"Seven sisters"
acryVVlique sur lin
152x138
Groupe/ langage :
Pitjantjara
(Mutitjulu community)
















voi



voir une autre interprétation du mythe



Le Rêve des sept soeurs raconte les voyages et les aventures de personnages féminins androgynes, symbole de fertilité et Grandes Ancêtres des peuples aborigènes. Poursuivies par le prédateur Nyru, homme sauvage car non initié, leur périple les amène à Uluru en territoire Pitjantajara, où, lasses d'être poursuivies, elles demandent aux Esprits d'être transformées en étoiles. Exaucées, elles deviendront la constellation des Pléiades. Nyru, quand a lui, sera transformé en étoile matinale donc solitaire, Orion, continuant sa vaine pousuite pour l'éternité.


Les sept soeurs font partie des grandes héroïnes androgynes dont les mythes traversent toutes les tribus du désert du centre et de l'ouest sous des formes différentes. Il y a les "Seven sisters" mais aussi les "Soeurs Wawilag" ou les "Mynma kutjara"(2 femmes). Selon l'ethnologue Lloyd D. Graham (« The nature and origins of the Tingari cycle » published on line (may 2002) at the AusAnthrop website, http://www.austAnthrop.net/resarch/article.php), cette unité pan aborigène montre qu'une forme embryonnaire archétypale a été un terrain fertile dans lequel les formes locales ont pris place. Ce symbolisme contiendrait des éléments centraux du culte Kunapipi, culte de la Grande Mère d'une partie de la terre d'Arnheim (Au nord de l'Australie).

Certains aspects du culte Kunapipi pourraient d'ailleurs être arrivés directement d'Asie pendant la période des « Macassars », pêcheurs indonésiens ayant fréquenté les côtes nord de l'Australie. Cela pourrait expliquer pourquoi les cérémonies Kunapipis ont des ressemblances avec les sectes tantriques indiennes, qui au 6ème siècle s'étendaient sur Java et Sumatra. Quoi qu'il en soit, le mythe se fond avec ceux pré existants en terre d'Arnheim et specialement celui des soeurs Wawilag. Puis des parties du culte Kunapipi s'échappent du nord de l'Australie et migrent vers le sud-ouest, entrant en Australie centrale via le Kimberley pour s'enraciner dans l'environnement du désert jusque chez les Pitjantjaras. et s'associer à un grand nombre de mythes subsidiaires.

 

 

Publié dans ART D'AUSTRALIE

Commenter cet article