La fabrication des tapas, un long processus

Publié le par Wanampi

tapa Tonga (2) N°5

Ci-dessus : N°5, dim  172x175, 220 euros (port inclus)

 

  Décorer ces immenses tissus  est une occupation féminine collective et créative.C'est une activité conviviale et joyeuse, importante dans la vie des femmes. Il n'y a pas si longtemps, les hommes ne devaient pas y assister. Les motifs très anciens représentés sont attachés au village ou à l'île de chacune. On chante et on parle tout en peignant.
  Mais cette plaisante occupation se mérite, en effet auparavant, un long processus a permis de produire cet espace à peindreinterminable de couleur blanc cassé.


  Les hommes ont planté les arbres (arbres à pain, ibiscus ou autres), ils les ont menés jusqu'à ce que leur tronc fasse le diamètre d'un pouce pour les uns, d'un poignet pour les autres. Puis on coupe ces grosses tiges, on fend leur écorce dans le sens de la longueur, on la soulève et on l'enlève sans l'abimer.


  A partir de là, les femmes prennent en charge le matériau.Elles enlèvent, avec un  coquillage, l'écorce externe pour ne garder que l'intérieur, la sous écorce douce et blanche. Les bandes sont trempées dans l'eau douce pendant deux ou trois jours. Après quoi elle sont placées sur une sorte d'enclume en bois dur et longuement  martelées à l'aide d'un battoir à quatre faces dont la surface permet un travail de plus en plus fin.
  Dans tous les villages résonne ce martèlement qui est le bruit le plus familier des îles Tonga.
L'écorce devient souple et plus ou moins épaisse. Si elle est trop fragile on double la couche.  

   Depuis une quinzaine d'années, pour consolider, les Tongaises la redoublent avec une sorte de papier non tissé (concession à la modernité...).
  Enfin les bandes, sèchées, juxtaposées, et forment cette surface immense qui va être décorée pour le plaisir et pour la fête.
  Le fond, grège au naturel, peut être teinté ou non. Les couleurs vontl'orangé au brun, en passant par le rouge. Elles sont exclusivement naturelles, il s'agit de sucs ou de sèves plus ou moins chauffées pour obtenir différentes nuances (ficus, gingembre, arbre de fer...)


  Aujourd'hui, les jeunes tongaises rechignent à apprendre cette technique interminable et ce sont surtout les doyennes qui produisent les tapas.


Ci-dessous N°2, dim : 254x200 cms. Doublé écorce180 euros (port inclus)
tapa Tonga (3)N°2
Pour toute question : 06 09 30 68 45

Publié dans ART POLYNESIEN

Commenter cet article