LIRE... Australie noire, collectif édité par "Autrement"

Publié le par Wanampi

  51P1YWQTZBL._SL500_AA300_.jpg "Australie noire" est un recueil d'articles déjà ancien ( 1989), publié par Autrement,  mais qui reste tout à fait passionnant car il aborde le sujet des Aborigènes sous différents angles.

      Ce « dossier » est divisé en trois parties.


  Première partie :. "Regards Blancs" A la lecture de ces premiers textes, on pense:«pauvres aborigènes!»...Chaque auteur ramène ses projections et obsessions. Le pire n'est pas Francis Perron, passager du « Géographe » navire français qui s'aventura en Tasmanie,en 1880 mais Jules Vernes (extrait des « Enfants du Capitaine Grant ») qui met en scène les pires clichés racistes et sexistes de son temps. Géza Roheim, lui, utilise les Aborigènes en  appui des théories   psychanalytiques (CQFD!). Viennent ensuite les représentations réalistes, documentaires ou romantiques de la photographie du début du siècle. Plus près de nous le linguiste André Georges Haudricourt donne une interview pleine d'humour sur les langues australiennes.


    Dans la seconde partie « Au cœur du Rêve » la parole est aux chercheurs.:
Jean Dorst nous parle des espèces naturelles de l'Australie aussi étranges que ses peuples, les ethnologues nous entretiennent des hypothèses de peuplement,et de la vie traditionnelle, les anthropologues des rites, des rêves, des systèmes de parenté. Luke taylor, spécialiste australien de la peinture sur écorce aborde le passage de l'art traditionnel à l'art commercial.


     La dernière partie « Face à face » aborde les différente phases et aspects de Ronnie l'installation des Blancs. Le face à face avec les colons de la première heure, bagnards et chercheurs d'or fut très brutale, de même qu'avec les éleveurs. Quant aux pasteurs bien intentionnés, ils viendront presque à bout de la plus ancienne culture du monde. On voit se mettre en place l'« apartheid » des années 50-60, puis les luttes pour la citoyenneté et la justice.

Deux entretiens passionnants avec des Aborigènes clôturent ce recueil:

Wayne Barker, rocker et cinéaste et  Marcia Langton, directrice de recherches, racontent leurs parcours de militants, et nous font sentir l'écartèlement des jeunes aborigènes métis ou non, entre ces deux culture très antinomiques.


Un survol intéressant pour qui veut comprendre l'Australie noire

 

 

 

 

Toile de Ronnie Tjampijinpa

Commenter cet article