LIRE... Message des Hommes vrais aux Hommes mutants, de Marlo Morgan

Publié le par Wanampi

                                            Ce petit roman qui raconte la traversée du désert par une Américaine en compagnie d'une tribu nom511ABYMMGWL._SL500_AA300_.jpgade, est certainement, parmi tous les ouvrages parus sur les Aborigènes, celui qui a eu le plus d'impact sur le grand public, et il n'est aucune exposition ou conférence où des personnes, véritablement touchées par ce récit, ne se lancent à en parler.


    Edité dans un premier temps à compte d'auteur en 1991, il connut un très grand succès aux Etats Unis puis en Europe. et fut réédité deux fois en France.

   Cela tient sans doute pour partie à ce qu'il est présenté et rédigé comme inspiré au plus près d'une expérience vécue. L'ambigüité est entretenue par le genre, autobiographique, par la note d'introducton et par le témoignage d'un Ancien du groupe Wurundjeri. Et c'est pourquoi il a été l'objet de vives controverses.

    Il faut certes avoir conservé une bonne dose d'innocence pour prendre à la lettre ce qui est raconté.

   

    De quoi s'agit-il?

    Une Américaine, Marlo Morgan, travailleuse sociale en Australie, se voit choisie par une tribu retournée à la vie traditionnelle, pour recevoir le « message », sorte de testament des « Hommes vrais » (les Aborigènes), aux « Hommes mutants » (nous, occidentaux).

    Embarquée à l'improviste dans le désert après qu'on eût brûlé ses vêtements, ses papiersNamatjira.JPG et même ses bijoux, la voilà partie à travers le bush, pieds nus et vêtue d'un haillon. Elle va ainsi nomadiser pendant trois mois, découvrant la manière ancestrale de se nourrir, de se soigner, de se nettoyer, de communiquer, de se laisser guider par les chants sacrés. Là est sans doute le passage le plus sympathique et le plus documenté du récit, malgré des exagérations notoires comme la télépathie aussi pratique qu'un téléphone, les guérisons quasi instantanées ou l'acuité visuelle extraordinaire. Mais bon, ne boudons pas notre plaisir d'imaginer ces bons sauvages en telle fusion avec Mère Nature qu'elle leur confère des pouvoirs extraordinaires.

   

    Le meilleur (ou le pire) est pour la fin.

   Au terme de son périple, Marlo est amenée dans un grotte secrète où est inscrite toute l'histoire du monde. C'est là que le « Message » lui est délivré, à charge pour elle de nous le transmettre.

    Le « vrai peuple » va quitter la terre trop abîmée par nous, les mutants, et renaître ailleurs dans l'univers. Ainsi les membres de ce groupe vont cesser de faire des enfants, un peu à la manière des Cathares, pour disparaître de ce monde perdu.

Marlo Morgan, en toute simplicité, est chargée de nous en faire part.

    Message reçu !


 

Un nouveau roman sur les Aborigènes vient de paraitre : Enfant du Rêve


Commenter cet article