Paddy Lewis Tjapanangka, un peintre rare

Publié le par Wanampi

Paddy Lewis

 

 

Ce gardien traditionnel du site Mina Mina, également célébré dans la peinture de sa fille Dorothy Napangardi, est aujourd'hui âgé d'environ 85 ans. C'est l'un des plus vieux peintres aborigènes parmi les hommes.

Si Paddy trace ces motifs riruels depuis son adolescence, il a refusé jusqu'à une époque récente de les peindre pour nous occidentaux, tandis que sa fille, à qui il a légué ses Rêves, devenait l'une des plus célèbres artistes d'Australie.

Il y a environ cinq ans, à la surprise de tous, Paddy s'est saisi de l'acrylique pour enfin nous faire partager un peu de son savoir.

Le succès a été immédiat et le signe en 8, qui est l'un de ses préférés, a été décliné de bien des façons mais toujours dans un grand respect du motif traditionnel.

Le site célébré, un lac salé situé quelque part en territoire Warlpiri, est d'une extrême importance pour les hommes du désert et peut-être plus encore pour les femmes. C'est là, selon le mythe des deux soeurs, que les femmes ancestrales ont reçu de la Terre leur "bâton à fouir"  ou sa version rituelle, le poteau cérémoniel. Les bâtons ont surgi du sol et leur ont été donnés comme symbole de leur pouvoir.

Aujourd'hui encore toute femme qui se respecte ne se sépare que difficilement de son Nulla nulla ou Wana, le bâton qui lui sert à déterrer les racines comestibles, à faire la petite chasse et éventuellement à se défendre.

Publié dans ART D'AUSTRALIE

Commenter cet article