Pourquoi le pointillisme ?

Publié le par Wanampi

Ngura (Ma terre), par Anna Price Petyarre, vision pointilliste très contemporaine, 120x90 cm

Ngura (Ma terre), par Anna Price Petyarre, vision pointilliste très contemporaine, 120x90 cm

 

         Glory Ngale, Women's ceremony, représentation traditionnelle, 122x80, acrylique sur lin,
origine Utopia
Au centre, 4 femmes en cérémonie, leur "digging stick" à leur côté. Aux 4 coins des femmes autour de leur feu, scène répétée pour lui donner force. De part et d'autre de la scène centrale, des épaules et des seins décorés pour la danse ("body paint")

Le pointillisme a toujours été utilisé dans la manière de peindre des Aborigènes et les plus anciennes traces archéologiques, qui remontent à des dizaines de milliers d'années,sont quelques points gravés dans la pierre, retrouvés dans le nord de l'Australie.

 

Cependant, dans la peinture rituelle les points ne sont aussi systématiques que sur les toiles, ils servent plutôt à souligner ou à délimiter.

La facture très soignée de la toile de Glory Nagale, son pointillisme méthodique, témoignent d'une conception spirituelle de l'acte de peindre. Après avoir tracé le motif initial, sacré, rapidement et d'un trait sûr, qui ne se reprend pas tant la main le possède, et avoir ainsi rendu présent l'esprit ancestral qui l'habite, le peintre remplit l'espace de points, magnifie sa toile et donne à cet agir une valeur méditative

 

Le pointillisme propre à la peinture sur toile trouve son origine dans les débuts de mouvement contemporain des années 70. Dans le camp de sédentarisation de Papunya où les peuples du désert ont été parqués pendant une vingtaine d'années, les Aborigènes, privés de leur territoires et de leur lieux sacrés acceptèrent sous l'influence de quelques occidentaux bienveillants dont le plus connu est l'enseignant Geoffrey Bardon, de tracer leurs motifs sacrés (et secrets) sur des matériaux pérennes et transportables. La chose ne leur était pas facile car ces représentations allaient leur échapper, voyager, être vues... Les premiers peintres se mirent à noyer leurs motifs dans les points pour les rendre moins perceptibles. C'était une manière de flouter. Mais peu à peu, ils apprirent à ne montrer que la partie profane de leur « dreaming » et furent plus à l'aise.

 

Ils gardèrent cependant le pointillisme dont l'aspect hypnotique leur plaisait et qui correspondait à leur conception vibratoire et holistique d'un monde, où les êtres et les choses s'interpénètrent et s'influencent. Le remplissage pointilliste des toiles aborigènes nous dit que le monde est UN.

 

Avez-vous apprécié cet article ?  Si oui, faites-le savoir, créez des liens...                         Merci d'avance. L'auteur.

En savoir plus sur les Aborigènes, voir notre rubrique LIRE

Dunes (My country) de Fabrianne peterson. Pointillisme revisité pour un visuel plus contemporain

Dunes (My country) de Fabrianne peterson. Pointillisme revisité pour un visuel plus contemporain

Publié dans ART D'AUSTRALIE

Commenter cet article

Lucienne 13/10/2015 12:16

J'ai beaucoup apprécié l'historique du pointillisme Aborigène ,la symbolique et la technique ,trop peu connues.J'ai découvert cet art en Australie lors d'études universitaires de ma fille à Brisbane.

table basse bois 06/07/2010 16:49


Waw, très bon article, je vous remercie pour votre aide et je suis pleinement d'accord... Euh tout est dit, votre article est réellement bien bon, je bookmarke votre site de ce pas ! J'attends avec
impatience la suite !


Wanampi 06/07/2010 18:07



Merci cher Table-basse-bois, êtes-vous concepteur de meubles? Si oui vous m'intéressez...