L’art chamanique des Wixáritari, derniers adorateurs du peyotl.

Publié le par Wanampi

Je suis heureuse aujourd’hui de vous faire découvrir un art fascinant, rare en Europe, création d’un peuple qui pourrait bien être le plus fidèle descendant des Aztèques, et dont les traditions, la langue, la mythologie, en tout cas, évoquent fortement celles de la société aztèque.

Art huichol

Le peuple Wixárika (on dira les Wixaritari au pluriel) qui a été appelé "Huichol" par facilité par les espagnolsvit dans la Sierra Madre au centre-ouest du Mexique.

Il développe un art dont les symboles et les dessins remontent à plusieurs siècles et conservent toute leur signification religieuse et symbolique. Les œuvres que nous présentons ici consistent en des fils de laine pressés sur des planches recouvertes de cire et de résine. Ils sont dérivés d'une tablette cérémonielle appelée nieirika.

La spiritualité huichole repose toujours sur la vénération du cerf, du maïs et du peyotl.

Le cerf bleu

Le peyoltl, cactus hallucinogène, est rituellement collecté (chassé, disent-ils) chaque année lors d'un long pèlerinage dans la région désertique de San Luis Potosi. Ce rituel et les divinités qu’il invoque sont présents dans la plupart des représentations stylistiques huicholes.

Les tableaux ont été collectés par Annie-Claire Diaz, Présidente de l'association "L'art d'être Huichol", passionnée par les tableaux de fils de laine sur cire, organisatrice avec son équipe d'amis mexicains et français de projets pédagogiques qui relient enfants huichols-wixaritari et enfants français en école primaire. (wixsite-lartdetrehuichol)

Ces œuvres seront exposées et mises en vente avec beaucoup d’autres cet été à Saint-Jean d’Angely à la chapelle des Bénédictines.

Vous y verrez aussi des peintures aborigènes d’Australie et des œuvres tribales warli de l’Inde. Des conférences seront proposées.

Suivez-nous sur ce blog pour en apprendre davantage sur les peuples racines et être tenu au courant des expositions.

Art huichol

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article