Warlis, Aborigènes de l'Inde. Qui sont-ils?

Publié le par Wanampi

Les Warlis sont un peuple de l'immense échiquier indien.

Leur territoire se situe autour de Dahanu, dans le distict de Thane, au nord du Maharashtra (Bombay). Ils font partie des Adivasis, c'est à dire, littéralement, des "Aborigènes" de l'Inde. Les Warli sont environ 300 000 sur 90 millions d'Adivasi.

Ces "tribaux" habitaient déjà les jungles indiennes bien avant l'arrivée des indo-européens. Ils étaient alors chasseurs-cueilleurs. Hors castes, ils furent au fil des siècles,  repoussés vers les montagnes et leur territoire se rétrécit comme peau de chagrin.

SAM_0514.JPG

Pour survivre ils apprirent à cultiver, on ne sait pas trop à quel moment, sans abandonner tout à fait la chasse et la cueillette. Lors de l'indépendance de l'Inde, l'attribution des terres leur donna un coup supplémentaire : les Warli ignoraient la notion propriété, la langue Hindi et l'écriture. Ils furent spoliés. Il y eut des tentatives de révolte durement réprimées.

Aujourd'hui ils continuent à cultiver de minuscules parcelles en rizières, lentilles et cultures vivrières, qu'ils travaillent avec des boeufs. Ils habitent des maisons de torchis faites d'un mélange d'argile et de bouse de vache et maintiennent des traditions remontant à la préhistoire.

SAM_0544.JPG

 

SAM_0456.JPG

Pauvres mais pas misérables, les Warlis mettent un point d'honneur à ne jamais mendier. Lorsque la terre ne suffit pas à les nourrir ils s'embauchent dans l'industrie dans les villes les plus proches, Bombay en particulier, où, par manque de formation, ils occupent les postes les plus ingrats.

Contrairement à la la société qui les entoure, ils sont sans caste et les femmes y ont une place importante. Leur religion est une forme d'animisme dominée par la déesse mère, Palghat, qui s'incarne dans les éléments de la nature.

Ils ont maintenu une forme artistique très originale, aussi sobre et subtile que l'art indien est friand de fioritures.

Les motifs, blancs sur fond sombre et uni, sont traditionnellement peints par les femmes sur les murs des maisons à l'occasion des mariages. Ils célèbrent le jeune couple, la nature et racontent les mythes de création.

 

SAM_0407.JPG

Depuis les années 70, encouragés par les pouvoirs publics indiens et sous l'impulsion d'un travailleur social, les Warlis peignent ces motifs sur des toiles de coton lors de la saison hivernale (novembre/janvier) lorsque la terre n'a pas besoin d'eux.

Cette activité est portée par le plus ancien et le plus connu d'entre eux : Soma Mashe, âgé aujourd'hui de 80 ans qui encourage les jeunes générations.

Cette activité donne aux Warlis une reconnaissance et un apport économique dont ils ont grandement besoin.

Un groupe de peintres à Dahanu

Un groupe de peintres à Dahanu

Publié dans ART INDIEN ADIVASI

Commenter cet article